23 juin 2021

Expo d'été à Carla Bayle (en Ariège)

Bonjour à tous !

Ce blog a été assez silencieux ces dernières semaines pour une bonne cause : 
La reprise de la "vie normale" annonce aussi la reprises des expositions en chair et en os ! 

Ca faisait longtemps que je n’avais pas connu la sensation de compte à rebours avant une exposition...
Cette dernière ligne droite à la frénésie croissante, avec le défi que tout soit prêt à temps, et tous les petits détails de dernière minute à fignoler...
Ça va faire du bien de vous retrouver tout l’été à la galerie des Remparts, dans le joli village d’artistes de Carla Bayle, dans l’Ariège, en compagnie de Nabarus !
C’est à 50 minutes de Toulouse.
On renouera aussi avec le plaisir des vernissages : on vous donne RDV le samedi 10 juillet à 18h.
On vous espère nombreux !



Pour cette première exposition de 2021, j'exposerai quelques uns de mes tous nouveaux portraits namibiens, des portraits d'autres pays, et une toute nouvelle série sur ma lubie du moment : de vrais faux papillons peints à l’aquarelle, dans de vraies fausses boites d’entomologie... dont la présentation rappelle l'esprit Museum, ou cabinet de curiosités...
C’est une addiction, je ne peux plus m’arrêter ! :-)









Les deux derniers spécimens ont été adoptés par le Museum de Toulouse, pour un projet surprise, que je vous dévoilerai en temps voulu... :-)

05 mai 2021

Road trip en Namibie

Je délaisse un peu ce blog en ce moment ! 

C'est pour la bonne cause... J'ai eu la chance de partie deux mois en Namibie entre janvier et mars cet hiver pour un fantastique voyage en compagnie d'un ami photographe voyageur : Alexandre Sattler.

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont pu suivre ce voyage en détails !

Pour les autres, voici une vidéo de 3 minutes pour vous partager ce voyage intense dans les grands espaces, sous le signe de la liberté et de la reconnexion avec la nature, et avec les peuples racines.

J'espère que cette vidéo vous plaira !

 

15 mars 2021

Collaboration avec Alfonz

Depuis fin 2020, une collab’ est en cours avec Alfonz !


Cette marque est installée à Castres, c’est-à-dire tout près de chez moi, dans un magnifique atelier...
 
Elle a choisi quelques uns de mes portraits, pour les imprimer sur des grands panneaux de papier vieilli et froissé, leur donnant une patine inédite.
Les tirages sont en série limitée (32 exemplaires) et signés à la main.
 
J’aime bien redécouvrir mes toiles "phare" en très grand format, avec cette patine usée.

Les panneaux sont disponibles nus, marouflés sur toile, encadrés, ou bien présentés tendus entre des baguettes en bois. Alfonz livre aux particuliers. N’hésitez pas à prendre directement contact avec eux pour toute demande !
 
À ceux qui se demandent à quoi ressemblent, de près, les panneaux...
 
 
Pour ceux qui sont à Orléans, la boutique Maison Cas Rares propose un beau panel de notre collaboration.

Jolie mise en place du tirage Mamta sur papier froissé édité par Alfonz, à la boutique La Villa 1901 de Nancy :
 
 
Depuis les débuts de notre collaboration, je reçois des belles photos de mes portraits dans des intérieurs qui font rêver !
Chez Sylvie, François, Sacha Laurent, Elsa...
 
 
 
On peut trouver les fruits de cette collaboration dans des boutiques de déco en France et à l’étranger, et sur leur site :

07 janvier 2021

Récap de fin d'année

Retour en images sur la fin d'année 2020
 
Juste avant que le deuxième confinement soit annoncé, mon dernier livre « Trait pour Trait » a eu l'honneur de recevoir le premier « Prix de l’Aventure du Cœur et d’Ailleurs », créé par le Fonds de Dotation Paul-Emile Victor. Un grand Merci à Daphné Victor, Stéphane Dugast, Patrick Poivre d'Arvor et aux membres du jury qui ont apprécié le livre !
 
 
Après cette chaleureuse invitation, il a fallu retourner en ermite à l'atelier. J'ai alors eu le temps de me replonger dans le dessin et dans les souvenirs de voyage, pour vivre ce nouveau confinement le moins mal possible... Les occasions de profiter des belles lumières du soir et de faire des trouvailles en rangeant l'atelier n'ont pas manqué.
 
 
De nouvelles toiles ont aussi fait leur apparition : « Toraja Princess », « Les yeux noirs Banjara », fillette Banjara dans une fenêtre ancienne comme je les adore, aux multiples couches de peinture écaillée, chinée au Rajasthan ou encore un dessin sur bois inspiré par la belle Aïssa Maïga, plaisir du crayon qui glisse sur le grain du bois pour retranscrire le grain de la peau...



Pour célébrer un anniversaire, j'ai également eu le temps de retrouver avec bonheur des souvenirs de mon voyage en Papouasie pour lequel j’embarquais il y a presque 3 ans avec la Fondation Iris et une équipe de gens fabuleux ! Le casoar, cet oiseau parfois considéré comme le plus dangereux du monde qui joue un rôle fondamental dans la dispersion des espèces végétales, en ingérant des fruits et excrétant les noyaux et pépins à des kilomètres plus loin... Cette expédition a été relatée dans notre ouvrage collectif « Au premier matin du monde » paru chez Editions Hozhoni il y a 2 ans.

Finalement, le confinement a également été un prétexte idéal pour retomber dans cette addiction qu'est la linogravure...


... et pour faire plaisir avec des dédicaces uniques de mes livres avant Noël !

Il n'y en a jamais assez !

Les lutins de Noël ont travaillé d’arrache-pied à l’atelier pour tenter d'envoyer toutes les commandes avant les fêtes...


Pour conclure l'année 2020, voici un petit montage des 9 photos qui ont remporté le plus de succès sur les réseaux :


On dirait bien que vous avez aimé le turquoise, et les tatouages de la plus badass des mamies tatouées, alias Apo Whang Od (Trésor national vivant des Philippines)
Ça tombe bien, ma série sur le tatouage n’est pas terminée... je vais pouvoir m’atteler à la continuer...
Et puis j’espère que le monde recommencera à tourner assez rapidement pour que je puisse réaliser mon projet de retourner voir Whang Od pour lui montrer tout ça ! (Elle a 103 ans, le temps presse un peu )
 
Enfin, malgré le contexte très incertain qui m'empêche d'avoir toute visibilité pour l'année qui vient de commencer, une nouvelle idée serait dans les starting blocks !

Il se pourrait bien que ma série de cactus et succulentes commencée cet été au Muséum de Toulouse, et dans d’autres jardins botaniques de France, donne lieu en 2021 à un projet éditorial... 
Ça me fournit le meilleur prétexte pour étoffer ma collec’ perso, puisque chaque nouvelle adoption, « c’est pour le boulot » !
 
Affaire à suivre... ;)

 

26 septembre 2020

Les Arts en Balade : Rappel de fonctionnement


C'est aujourd'hui à 13h qu'ouvre mon atelier dans le cadre des Arts en Balade à Toulouse, en compagnie d'un invité surprise !


Petits rappels de fonctionnement :

- L'INSCRIPTION EST OBLIGATOIRE sur des créneaux à heure fixe... et c'est complet, MAIS :

- Des PLACES ONT ETE GARDEES toutes les heures pour les visiteurs non inscrits, mais elles sont limitées, et sur le principe du premier arrivé, premier servi... Sans garantie que vous puissiez rentrer si nous avons atteint la jauge. Si vous pensez venir sans inscription, essayez de venir juste avant l'heure fixe (par exemple à 16h50 pour le créneau de 17h00).

- Si vous êtes inscrit, soyez à l'heure, sinon votre place pourra être cédée à quelqu'un d'autre.

- Le masque est obligatoire

- On fournit le gel hydroalcoolique à l'entrée

- Pour une fois, les carnets originaux ne seront pas disponibles à feuilleter

- On a dû faire l'impasse sur les traditionnels thés / petits gâteaux...

- Rappel des horaires : samedi 13h-21h et dimanche 11h-20h

- Si vous voulez checker si une place sur inscription s'est libérée (ça arrive régulièrement !), revoici le lien.

On s'est cassé la tête pour s'adapter au contexte, et on espère bien que ce moment de rencontre gardera toute sa convivialité quand même !

Et l'invité surprise vaut vraiment le détour ;-)

17 septembre 2020

Portes ouvertes d'atelier : des précisions !

 


J’ouvre les portes de mon atelier toulousain (en compagnie d'un invité surprise !) en même temps que plein d’autres artistes de la ville, dans le cadre des Arts en Balade de Toulouse (liste complète des ateliers à visiter, et leur localisation, sur leur site) le samedi 26 septembre et dimanche 27 septembre 2020.
Pour les raisons que vous connaissez, et pour éviter l'engorgement de mon atelier, L'INSCRIPTION SERA OBLIGATOIRE cette année. Le temps de visite devra être limité à 45 minutes par personne (20 personnes par créneau horaire) pour permettre à un maximum d'entre vous d'en profiter.

NOTES IMPORTANTES :
Merci de bien vous inscrire AUTANT de fois que nécessaire selon le nombre de personnes souhaitant venir. En effet chaque validation sur le site est nominative et pour une seule personne.
Si le créneau que vous souhaitez ne s'affiche plus, c'est qu'il est complet.
Exceptionnellement, les carnets originaux ne seront pas accessibles.
L'adresse vous sera indiquée APRÈS confirmation de votre inscription ainsi que par mail.
On vous attendra masqués et munis d’une grosse bouteille de gel hydroalcoolique, mais dans la bonne humeur !
Merci d'avance pour votre compréhension.

07 septembre 2020

Portes ouvertes de mon atelier !

Prochain rendez-vous : j’ouvre les portes de mon atelier toulousain !
... En même temps que plein d’autres artistes de la ville, dans le cadre des. Trouvez la liste des ateliers à visiter, et leur localisation, en suivant le lien.
On vous attendra masqués et munis d’une grosse bouteille de gel hydroalcoolique, mais dans la bonne humeur !



 

06 août 2020

Une nouvelle lubie et deux expos estivales

Avant tout, un petit retour en arrière...

Il y a pile 10 ans, j’abandonnais mon boulot salarié d’ingénieur agronome, pour vivre la vie que j’ai aujourd’hui : voyager, et partager en dessin la beauté du monde, que ce soit celle des cultures humaines, et celle de la nature.

Cette décision a été à l’époque très difficile à prendre, et à faire accepter à mon entourage (6 ans d’études scientifiques pour finalement me lancer sans aucun diplôme dans une activité dite « précaire »).

Pourtant c’est la meilleure décision que j’ai prise de ma vie ! Et pas une seule fois je ne l’ai regrettée.

Se lever le matin pour faire ce que l’on aime ;
Choisir soi-même la direction que l’on veut donner à son travail ;
Se laisser porter et émerveiller par les voyages où le temps acquiert une toute autre densité ;
Réaliser des rêves que l’on croyait hors de portée ;
Reconnecter avec la nature et avec soi-même ;
Avoir l’opportunité de rencontrer d’autres artistes aussi passionnés que soi, qui deviennent des amis ;
Evoluer au fil de ces rencontres artistiques ;
Pouvoir à tout moment se réinventer, et donner du sens à ce que l’on fait...

Je me sens aujourd’hui alignée et chanceuse de pouvoir avoir cette vie là.

Mon « déclencheur » a été l’invitation providentielle de Sadek Alsaar à venir faire un voyage artistique au Yemen, en compagnie d’autres artistes. Tellement de belles choses ont découlé de ce voyage inoubliable !
Je ne le remercierai jamais assez.

Aux personnes qui s’étiolent dans leur travail et rêvent à une reconversion : osez ! Testez, rien n’est irréversible, et les conditionnements que vous déferez en chemin vous ouvriront un océan de possibilités insoupçonnées.



Mais revenons-en au présent ! Cet été, deux expositions sont maintenues malgré la situation sanitaire.

  • Jusqu'au 31 août, tous les jours de 13h à 18h, j'expose avec mon amie @nabarus.artwork et les sculptures de Rico dans la Galerie des Remparts à Carla-Bayle, dans l'Ariège.


Carla-Bayle est un joli village d'artistes à 1h de Toulouse où vous pourrez découvrir une multitude de galeries et d'ateliers !

  • Si vos vacances d’été vous mènent dans le Lot, allez voir mon exposition à Cajarc à la Galerie l’Art en pente douce, en compagnie des céramiques rakus voyageurs d’Annick Gapin-Cammarata, des peintures de Nicolas Benedetti et Marie Bazin, et des sculptures lumineuses de Moesebelle...
    L'exposition est visible du mardi au dimanche, de 15h à 19h, jusqu’au 13 septembre.

L'affiche a été composée il y a quelques temps et n'est pas vraiment représentative de l’exposition, puisque la collection de toiles retenues au moment de l’accrochage illustre finalement le thème du... tatouage !

C'est déjà du passé, mais j'ai omis lors de mon dernier post de présenter une parution sur mon travail dans le National Geographic Traveler hors série de Mai-juin-juillet 2020, sur la thématique « Tour du monde ». 8 pages de portraits issus de mon dernier livre « Trait pour Trait », un passionnant article sur l’histoire de la cartographie mondiale, et des mini portraits de pionnières et de pionniers...


Enfin, l'été 2020 marque le point de départ d'une nouvelle collection artistique ! Après des immersions en Amazonie par procuration deux années consécutives dans l'atelier d'@Etienne Druon...

Aquarelle réalisée d’après une photo de Philippe Fuzeau dans le magnifique livre «L’art de la plume en Amazonie ».

Mon inspiration estivale est cette fois... botanique ! 🌵Inspirée de plusieurs voyages tropicaux dans les serres du Muséum de Toulouse et de visites de jardins botaniques bretons, dont celui de Roscoff...


Aquarelles de cactus et succulentes...


...dessins à haut risque au milieu des plantes carnivores...

...ou jeux de recherches de couleurs hors de ma palette habituelle pour ces Aeonium.


Bref, c'est un été placé sous le signe du végétal qui se profile, et peut-être bien que cette collection ne s'arrêtera pas à la rentrée de septembre !

Je termine avec un petit clin d’œil à un nouveau point de vente de mes produits du côté du Pays basque, la boutique @lesexplorateursmodernes, 14 rue du Pilori à Bayonne. Jessica a créé une boutique à la démarche éthique et écoresponsable, mettant en avant des créateurs Made in France. Vous y trouverez notamment les derniers modèles de tirages sur papier produits au début de l'été... Pour découvrir mes autres points de vente, c'est par ici !


Très bel été à tout le monde et à bientôt !

09 juin 2020

Un printemps confiné à l'atelier

Des nouvelles de l’atelier...


Bilan de cette drôle de période de confinement qui n'a pas été de tout repos... Comme beaucoup, j'ai jonglé d'une émotion à l'autre...

Entre le plaisir de respirer dans un monde ralenti, libéré de toute to-do-list et de me plonger dans la création brute, et l'incertitude ambiante persistante accompagnée d'un sentiment d'isolement et du
regret de ne pas optimiser ce temps privilégié pour les projets créatifs de temps long...

Fraîchement rentrée de Bali et des belles choses plein mes valises, dans les premiers jours, j’ai frénétiquement composé de nouvelles boîtes à trésors, parfois ornées de batiks javanais et galets turquoise de Florès. L'occasion de rendre hommage au savoir faire indonésien dans les domaines de la vannerie à base de palmier lontar, et de batik traditionnel.


J’ai aussi pris le temps de fignoler pas mal de toiles inachevées qui traînaient dans un coin de l’atelier. Des toiles un peu différentes de mes habitudes... Dont certaines inspirées d'@aissamaiga.



Puis, quand certains ont profité du confinement pour ranger et nettoyer de fond en comble leurs maisons, moi c'est à un rangement de mes photos de voyage que je me suis attelée durant quelques semaines !

Des années d'archives photographiques qui dormaient dans des disques durs, pas triées, pas correctement sauvegardées. C'était le moment où jamais de m'attaquer à cet énorme chantier, avec une bonne dose de thé matcha. 


Japon, Philippines, Inde, Iran, Indonésie... J'ai revoyagé à travers ces beaux souvenirs, me disant que la Terre est belle et variée et que j'ai de la chance d'avoir une vie qui m'a permis de contempler tous ces endroits. 


Excellente activité de confinement, le tri de photos de voyage... on se remémore des bons moments et on ne voit pas le temps passer. J'ai publié les beaux moments de ces voyages sur Facebook.

C'était aussi l'occasion de se rappeler de belles rencontres : Kimi, danseur marquisien virtuose, croqué juste après sa prestation de Haka Manu (la danse de l’oiseau); à Nuku Hiva, sur un meae en pleine nature (un ancien lieu de vie, et de culte), et face à face avec un tiki au mana quasi palpable ou encore avec la belle @erita_ateo , danseuse tahitienne rencontrée sur le Marae d'Arahurahu.


Il était également temps de proposer sur ma boutique en ligne les résultats de mes expérimentations sérigraphiques de l'automne dernier !

Ici, les dernières sérigraphies Hoahere,
exposées à Paris en décembre dernier, et une Mamta à la feuille d'or, marouflée sur papiers indiens anciens.

 
Session batik sur une nouvelle version de Mamta (quand l'atelier déborde jusqu'à la cuisine...), nommée "Dark indigo Mamta". J’ai encore craqué, elle est trop inspirante, mais promis c'est la dernière ! :-) 
J’ai encore tellement de beaux modèles indiens pas encore mis en toile...


Et pour finir, voici l'agenda de l'été, (allégé à cause des circonstances sanitaires) :  

- du 10 juillet au 31 août 2020 : exposition à la Galerie des Remparts à Carla-Bayle (Ariège)
- du 11 juillet au 16 août : exposition à la galerie L'Art en pente douce à Cajarc (Lot)

Au plaisir de vous y retrouver !

30 mars 2020

Home sweet home

Qu’il est bon de retrouver son nid après un long et inspirant voyage, de commencer à déballer ses trésors, et à imaginer les travaux des prochains jours... J’ai la chance d’avoir mon atelier à la maison, et ça va être l’endroit le plus doux pour se confiner, gorgée de l’inspiration balinaise !


Mon retour de Bali a été, jusqu'au bout, des plus incertains. Trois avions annulés les uns après les autres, et autant de yoyos émotionnels dans un contexte stressant... Le virus est aussi bien présent aussi à Bali, et les mesures ont vraiment tardé à être prises pour confiner la population. 

Même si j'avais trouvé un très joli endroit isolé pour m'auto-confiner dans les rizières, tout n'était pas pour autant idyllique : seule loin des miens, dans un pays qui n’est pas le mien, et pour un temps indéterminé... 

Étant impossible de trouver des vols commerciaux pour rentrer en France, j'ai eu la chance de répondre à temps à un message de l'ambassade et ainsi à obtenir une place pour un vol de rapatriement. Mon masque balinais en batik, mon gel hydro alcoolique et moi-même avons dont été rapatriés à Toulouse ce week-end ! 

Notre résidence artistique à Bali avec Valérie Aboulker s'est donc terminée au terme de 6 semaines bien productives dans un environnement enchanteur de l'Ile des Dieux...


Pour ceux qui ne me suivent pas sur Instagram ou Facebook, voici un petit récapitulatif de mes dernières inspirations balinaises...

J'ai beaucoup apprécié le morning market, où est vendu tout ce qu'il faut pour faire de magnifiques offrandes végétales. J'en ai profité pour tirer le portrait de Biang Agung.


Autre souvenir : le jour de Nyepi, la fête du silence. Dans tous les quartiers, les Balinais avaient  préparé les ogoh ogoh, des monstres de papier mâché, destinés à effrayer les démons qui descendent sur Terre le jour de Nyepi...

Après avoir observé nos voisins construire avec application des monstres, des semaines durant... nous n'avons pas pu assister aux processions débridées et bruyantes au cours desquelles les ogoh-ogoh défilent... Car pour cause de pandémie, elles ont été annulées. Les ogoh-ogoh de papier mâché sont donc eux aussi confinés jusqu'a prochain Nyepi...



Enfin, j'ai pris un grand plaisir à dessiner notre adorable voisine balinaise Wayan... et son sourire contagieux ! 

On peut dire qu'elle n'a pas vraiment apprécié le portait que j'ai fait d'elle in situ, où elle trouvait qu'elle ressemblait à un homme... ni celui sur toile, car elle ne se trouve pas assez jolie pour être dessinée ! « Le dessin est bien, mais c’est moi qui ai la peau trop noire !» J’ai tenté de la rassurer, moi je la trouve rayonnante pour ses 75 printemps !! 

Dans un monde futur où il sera de nouveau possible de voyager... Si vous allez à Bali, quand vous serez de passage à Ubud, et si vous envisagez une balade dans les rizières, n’hésitez pas à aller saluer Coco Wayan de ma part, et siroter une noix de coco verte en l’écoutant raconter ses histoires. Elle travaille encore, à 75 ans, pour assurer sa subsistance, car malheureusement, aucun de ses 5 enfants et 12 petits enfants ne s’occupe d’elle.  

Sa mini gargote se situe au bout de Jalan Kajeng, juste après la montée un peu raide arborée, au début des rizières. Il y a un petit panneau qui indique son cabanon, un peu dissimulé en contrebas.


Enfin, à la date d’aujourd’hui, j’aurais dû être au Rajasthan pour un second voyage, pour retrouver les personnes qui avaient posé pour moi l'an dernier, et leur apporter leurs dessins ! 
En attendant de pouvoir y retourner, j'ai réalisé une collection de Rajasthanis moustachus enturbannés...


Pour finir... En cette période à l'actualité mouvementée, j'ai laissé ma boutique en ligne ouverte et les commandes peuvent toujours être passées. Cependant, les livraisons ne seront faites qu'après la fin du confinement afin d'essayer de préserver le plus possible chacune et chacun d'entre nous d'une éventuelle contamination. 

Pour toute question : contact.stephanieledoux@gmail.com 

J'espère que vous allez bien... et surtout, prenez soin de vous, et des vôtres !