30 juillet 2017

Candy d'Uristinom

Dans le minuscule village papou d'Uristinom (8 maisons, pour 3 ou 4 familles), nous sommes accueillis sur la toute petite plage pour une séance dessin improvisés.
Dans une ambiance très détendue, j'enchaîne quelques portraits des habitants : Dikir, Tasia, sa soeur Samsia (sur demande expresse de sa maman), quand arrive Candy - mon coup de foudre du jour - qui pose avec une patience étonnante, l'exercice a l'air de lui plaire.

Candy en indonésien se prononce "Tchandy", elle est la seconde d'une fratrie de quatre.

Le village est musulman, on y vit de pêche, de chasse, et de la culture et vente de muscade, de girofle, de mangue, de coco et de ikan mera ("poisson noir")

On fait parfois son dîner d'un pigeon couronné qui habite la forêt alentour (mais chut !).

On voit aussi passer un pêcheur et sa récolte d'ailerons de requins, sans doute destinés au marché chinois. Et oui, l'appétit des Chinois s'exerce jusque dans des coins aussi reculés que celui-ci... A 70€/kilo à la revente, ça offre un complément de revenu non négligeable à ces villages qui vivent de peu et ne réalisent pas toujours l'impact de cette surpêche sur les populations de requins...







Candy retourne se baigner sitôt le dessin terminé.
Toutes les photos de Candy sont de Staffan Widstrand


Candy, toile d'atelier 30x30 cm
Visible à mon expo estivale à Cordes-sur-Ciel (Galerie Traces d'Art)

3 commentaires:

  1. elle est magnifique
    et tes dessins tes peintures l'ont totalement sublimée
    bravo superbe++++++++++++++

    RépondreSupprimer
  2. Très beau regard, quels yeux !!

    RépondreSupprimer
  3. Sublimes photos et dessins !!! Quel regard !!
    J'adore. Peut-être, si mes doigts vont mieux, je copierai, rien que pour le plaisir et pour moi, ce dessin.

    RépondreSupprimer